lundi 14 mai 2018

Louis XV à Saint-Gobain

Tiens donc, le Roi chez mes ancêtres  et plus précisément Louis XV ! Voilà ma réflexion, lorsqu’en musardant sur Gallica, la bibliothèque numérique, j’ai déniché « la relation du passage du roi dans la généralité de Soissons, les 26, 27, 28 et 29 juillet 1744 menant un corps de troupes de son armée de Flandres à celle du Rhin ».
 
Oh,  Louis XV a séjourné  à La Fère, là où François DOUBLET (Sosa 444) était Brigadier des Fermes du Roi à cette époque. Ensuite Saint-Gobain, Benoît DARDENNE (Sosa 824), manouvrier, s’est peut-être vu infliger une corvée liée au passage du souverain. 
 
Je ne résiste pas à vous rapporter une partie de cette « relation » après avoir supprimé certaines majuscules et à peine toiletté le texte. Elle m'apparaît instructive d'un déplacement et de l'accueil du souverain à cette époque.

« Le Roi, qui était parti dans ses carrosses de la Ville de Saint-Quentin le 26 juillet, sur les sept heures du matin, entra dans la Généralité de Soissons au village d’Urvillers, et monta à cheval avec toute sa Cour près de Vendeuil à deux lieues de La Fère. Les décharges de douze pièces de canon placées au Polygone, annoncèrent vers les onze heures l’arrivée de Sa Majesté ; le Sieur Fouquet, Maire, à la tête du Corps de Ville, eut l’honneur de haranguer le Roi à la Porte Saint-Firmin, en lui présentant les clefs de la Ville. »
La Fère - J. Peerters 1656 Bibliothèque Carnegie Reims

« Cette porte était ornée d’un magnifique Arc de Triomphe, le Dieu Mars fut l’un des pilastres entouré de tous les attributs de la Guerre, paraissait rassembler autour de lui les drapeaux et les étendards, pour les offrir à la Victoire, que l’on voyait sur l’autre pilastre répandre les marques honorables des récompenses militaires. Le frontispice représentait une forge de Vulcain, où les Cyclopes paraissaient occupés aux différents travaux d’artillerie, pour les conquêtes du Roi. »
 
« Cet emblème convenait particulièrement à la Ville de La Fère, où l’on voit un magnifique arsenal, un moulin à poudre, un corps de casernes aussi remarquable par sa grandeur et sa beauté, que par le zèle des habitants qui l’on fait construire et elle établit une des cinq Ecoles d’Artillerie. »
 
« Plusieurs Compagnies de la Bourgeoisie sous les armes, contenaient le peuple immense qui s’était rendu de tous les environs de cette ville, et bordaient les rues sablées par lesquelles le Roi passa au milieu des acclamations pour se rendre à l’Arsenal, où son logement avait été préparé. »
 
« Sa Majesté y étant arrivée, M. Meliand Intendant de la Province, eut l’honneur de lui présenter une carte de la Généralité imprimée sur du satin. Le Roi dina sur les deux heures en public avec les Princes et les seigneurs de la Cour et tous les autres officiers de la suite trouvèrent chez M. l’Intendant des tables très bien servies. »
 
« Sur les sept heures le Roi se rendit au Moulin à Scie : Sa Majesté vie scier un fort gros arbre, et se fit expliquer la construction et l’opération de cette industrieuse machine. (1) »
 
« La joie publique fut marquée le soir par des illuminations de toutes espèces, principalement à la façade de l’Hôtel de Ville et des casernes : la régularité des lampions placés sur plus de 350 croisées, fit paraître dans toutes sa magnificence ce superbe bâtiment. »
 
« La position du logement de Sa Majesté, entouré de tous les magasins de l’Arsenal, ne permettant pas d’y tirer un feu d’artifice, le Frère Philbert, Capucin, connu pour son génie pour les mathématiques, fit jouer sur la grille d’entrée différents feux légers, qui sans s’élever, formèrent un spectacle d’un goût nouveau. »
 


Versailles- Wikipedia
 « Le lendemain 27, M. l’Intendant ayant eu l’honneur de rendre compte au Roi du zèle avec lequel plusieurs villages voisins avaient travaillé la nuit pour rendre praticable le chemin de Saint-Gobain, à une lieu et demie de La Fère, en élargissant la route dans la forêt et en élaguant les arbres, Sa Majesté se détermina à aller voir la belle Manufacture des Glaces qui y était établie. Elle partit à six heures à cheval, après avoir entendu la messe aux Capucins, dont le gardien eut l’honneur de complimenter Sa Majesté. »

Pour les non-initiés, je précise que la Manufacture Royale de Saint-Gobain a fourni les glaces de la célèbre Galerie des Glaces du château de Versailles. Ce n’est pas rien quand même !
 
 
 « Le Roi en arrivant à Saint-Gobain trouva toute l’opération préparée, elle réussit très bien ; les Inspecteurs de la Manufacture firent couler deux Glaces de la moyenne grandeur et une de la première. Sa Majesté admira la promptitude de l’opération et se fit rendre compte dans le plus grand détail de la préparation des matières, de la disposition des fourneaux et ne laissa rien échapper à sa pénétration et son goût ; le Roi vit aussi souffler différentes pièces de verrerie, et visita tous les magasins. »

Coulage d'une glace - Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

« Il remonta ensuite à cheval, et revint par le même chemin au bout de la chaussée de La Fère, où s’étaient rendues les Compagnies de la Bourgeoisie. Sa Majesté remonta dans ses carrosses au bruit d’une triple salve de canon et prit le chemin de Laon. »
 
« Les marques de la joie la plus vive l’accompagnèrent successivement ; les villages étaient tapissés de verdure, des feuillages formaient des Arcs de Triomphe, des fêtes champêtres marquaient l’allégresse publique ; les travaux faits sur les chemins étaient témoins du zèle des habitants des campagnes qui courant sans cesse pour revoir le Roi après l’avoir déjà vu, paraissait frappé d’admiration et de respect. Sa Majesté laissa partout des marques de sa générosité et de son amour pour ses peuples. »
 
Laon fut la dernière étape de Louis XV dans la Généralité de Soissons, le programme détaillé y figure aussi dans ladite « relation ».
 
 
 
(1) Moulin à scie : selon Wikipedia, les premières scies mécaniques étaient mues par des moteurs hydrauliques, comme les moulins à eau : les scieries étaient ainsi traditionnellement situées à proximité des cours d'eau, qui pouvaient en outre contribuer à l'acheminement des grumes par flottage.

Source :
Gallica
Relation du passage du Roi dans la généralité de Soissons les 26, 27, 28 et 29 juillet 1744 menant un corps de troupes de son armée de Flandres au Rhin
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5455192g
 

1 commentaire:

  1. Joli moment d'histoire relié à tes ancêtres.
    Les entrées solennelles du roi étaient l'occasion de réjouissances qui coûtaient cher, mais le peuple aimait ces fêtes.

    RépondreSupprimer